Provence

Overview of the Vignoble Provence

Antiquité

La culture de la vigne a été introduite sur les rives méditerranéennes de la Gaule par les Grecs de Phocée. Max Rives, chargé de mission à l’INRA, l’a vérifié sur place à Massalia, le premier comptoir phocéen édifié six siècles avant notre ère : « J’ai vu, au cours des fouilles du quartier de la Bourse, à Marseille, les pépins de marc de raisin provenant de leur vinification et jetés dans des amphores, flotter dans l’arrière du Vieux-Port où ces amphores-poubelles servaient de fondations à une rue. Les Grecs avaient évidemment importé des variétés de leur pays, ignorant que la vigne spontanée les avait précédés de quelques dizaines de siècles

Moyen Âge

Dès le concile d’Arles, en 314, et encore plus après l’écroulement de l’empire romain, l’évêque devient le personnage principal de sa cité. La possession de vignobles est source de prestige, et leurs vins sont utilisés en cuisine et à table, les meilleurs sont servis aux hôtes de prestige, les moins bons vendus ce qui alimente le trésor épiscopal.

Passées les grandes invasions, les abbayes provençales reprennent tout leur prestige comme celle de Saint-Victor, à Marseille, de Saint-Honorat, dans l’île de Lérins, puis du Tholonet et de Montmajour. Elles vont reconstituer et développer le vignoble.

Vers le xe siècle, la constitution de collèges de chanoines va impliquer la donation d’une mense et dans celle-ci la place de la vigne est importante. Les premières traces écrites du vignoble et de sa conduite apparaissent alors dans les cartulaires.

Climat

L’ensemble du secteur est soumis au climat méditerranéen provençal avec des températures moyennes annuelles homogènes : 14 °C pour la partie nord et 15 °C pour la partie sud de l’aire.

Le climat de ce terroir est soumis à un rythme à quatre temps : deux saisons sèches (une brève en hiver, une très longue et accentuée en été), deux saisons pluvieuses, en automne (pluies abondantes et brutales) et au printemps.

Les précipitations sont en moyenne comprises entre 600 mm et 900 mm. L’ensoleillement est supérieur à 2 700 heures par an.

Enfin, la Provence viticole est le pays des « méso-climats », induits à la fois par un relief très désordonné, mais également par l’influence maritime décroissante du sud au nord. Il n’est pas rare ainsi de constater un écart de maturité de 2 à 3 semaines du Sud au Nord.

Production

Vins blancs
Vinification classique et vinification sur lies fines
Œil : jaune pâle, brillante à reflets verts
Nez : floral (fenouil, acacia, genêt) fruité (agrume, citron, pamplemousse) ou balsamique (résine)
Bouche : structurée et charpentée avec finale fraîche
Vins rouges
Vinification classique avec macération plus ou moins longue, ainsi que vinification par macération carbonique
Œil : pourpre à reflets violets
Nez : notes fruités (fruits rouges) ou végétales (laurier, romarin, tabac) évoluant vers le fruit noir, des notes épicées (réglisse, cannelle) ou animales (fourrure, venaison).
Vins rosés
Vinification : pressurage direct, macération à froid, saignée.
Œil : palette large du rose pale au rose franc, orange clair, rose saumon, pivoine
Nez : la diversité est le reflet de la mosaïque des terroirs : fruité, floral (thym, aneth, tilleul), végétal (menthe, tabac), empyreumatique (pierre à fusil), balsamique (écorce de pin)
Bouche : frais mais pas acerbe, fondu mais pas chaud, rond, souple et structuré mais pas astringent. Tout l’art consiste à trouver cet équilibre délicat.

Provence wine map

Antiquité

La culture de la vigne a été introduite sur les rives méditerranéennes de la Gaule par les Grecs de Phocée. Max Rives, chargé de mission à l’INRA, l’a vérifié sur place à Massalia, le premier comptoir phocéen édifié six siècles avant notre ère : « J’ai vu, au cours des fouilles du quartier de la Bourse, à Marseille, les pépins de marc de raisin provenant de leur vinification et jetés dans des amphores, flotter dans l’arrière du Vieux-Port où ces amphores-poubelles servaient de fondations à une rue. Les Grecs avaient évidemment importé des variétés de leur pays, ignorant que la vigne spontanée les avait précédés de quelques dizaines de siècles

Moyen Âge

Dès le concile d’Arles, en 314, et encore plus après l’écroulement de l’empire romain, l’évêque devient le personnage principal de sa cité. La possession de vignobles est source de prestige, et leurs vins sont utilisés en cuisine et à table, les meilleurs sont servis aux hôtes de prestige, les moins bons vendus ce qui alimente le trésor épiscopal.

Passées les grandes invasions, les abbayes provençales reprennent tout leur prestige comme celle de Saint-Victor, à Marseille, de Saint-Honorat, dans l’île de Lérins, puis du Tholonet et de Montmajour. Elles vont reconstituer et développer le vignoble.

Vers le xe siècle, la constitution de collèges de chanoines va impliquer la donation d’une mense et dans celle-ci la place de la vigne est importante. Les premières traces écrites du vignoble et de sa conduite apparaissent alors dans les cartulaires.

Climat

L’ensemble du secteur est soumis au climat méditerranéen provençal avec des températures moyennes annuelles homogènes : 14 °C pour la partie nord et 15 °C pour la partie sud de l’aire.

Le climat de ce terroir est soumis à un rythme à quatre temps : deux saisons sèches (une brève en hiver, une très longue et accentuée en été), deux saisons pluvieuses, en automne (pluies abondantes et brutales) et au printemps.

Les précipitations sont en moyenne comprises entre 600 mm et 900 mm. L’ensoleillement est supérieur à 2 700 heures par an.

Enfin, la Provence viticole est le pays des « méso-climats », induits à la fois par un relief très désordonné, mais également par l’influence maritime décroissante du sud au nord. Il n’est pas rare ainsi de constater un écart de maturité de 2 à 3 semaines du Sud au Nord.

Production

Vins blancs
Vinification classique et vinification sur lies fines
Œil : jaune pâle, brillante à reflets verts
Nez : floral (fenouil, acacia, genêt) fruité (agrume, citron, pamplemousse) ou balsamique (résine)
Bouche : structurée et charpentée avec finale fraîche
Vins rouges
Vinification classique avec macération plus ou moins longue, ainsi que vinification par macération carbonique
Œil : pourpre à reflets violets
Nez : notes fruités (fruits rouges) ou végétales (laurier, romarin, tabac) évoluant vers le fruit noir, des notes épicées (réglisse, cannelle) ou animales (fourrure, venaison).
Vins rosés
Vinification : pressurage direct, macération à froid, saignée.
Œil : palette large du rose pale au rose franc, orange clair, rose saumon, pivoine
Nez : la diversité est le reflet de la mosaïque des terroirs : fruité, floral (thym, aneth, tilleul), végétal (menthe, tabac), empyreumatique (pierre à fusil), balsamique (écorce de pin)
Bouche : frais mais pas acerbe, fondu mais pas chaud, rond, souple et structuré mais pas astringent. Tout l’art consiste à trouver cet équilibre délicat.

Frequently Asked Questions About Vignoble Provence